Magm3 guide informel de nouvelles cultures depuis le siècle dernier

Magm3 prend fin

Posté le 26 novembre 2015

Bonjour à nos lecteurs,

il faut se rendre à l'évidence, magm3 se meurt, ou plutôt est mort, disons-le. Tout simplement. La dernière publication sur ce blog date d'un an, et depuis, il ne s'est strictement rien passé. Ce n'était pas nécessairement les idées qui manquèrent au cours de cette année 2015, plusieurs chroniques sont restées à l'état de brouillon (voire de feuille blanche avec un titre). Plusieurs choses entrent en collision et causent la fin officielle de ce site:

  • Le manque de temps;
  • L'humilité;
  • La mutation du web.

Lorsque comateur et FurfuR créèrent le m3 en 1999, ils étaient tous deux en fin de lycée. Lorsque Goldangel les rejoint en 2000, nous étions juste bacheliers. Faites le calcul (ou ne le faites pas): nous avons tous une trentaine bien avancée aujourd'hui. Nous avons la chance de tous avoir une situation professionnelle sympa, une vie familiale agréable et d’habiter aux quatre coins du monde. Mais la vie étant ce qu’elle est, nous sommes appelés vers d’autres projets et il nous est de plus en plus difficile de trouver du temps pour s'occuper de ce site. L'année qui vient de s'écouler sans mise à jour de contenu en est un bel exemple. Il ne s'agit pas de dire que pris par le travail et la famille nous n'avons plus de temps pour nos projets personnels, nous en avons d'autres et c’est justement là que le bât blesse.

Nous parlions aussi d'humilité ci-dessus, car c'est sans doute cet élément qui a relégué Magm3 loin dans la liste des projets personnels. Pourquoi écrire une chronique ? Car après tout, nos avis ont-ils la moindre valeur ? Sont-ils dignes d'intérêt ? Pas simple de répondre à cette question, et à mesure que notre culture grandit, nous prenons en pleine face la réalité de deux illustres citations (particulièrement connexes):

  1. "La culture, c'est comme la confiture, moins on en a, plus on l'étale" (P. Desproges)
  2. "Je sais que je ne sais rien" (Socrate...)

Ajoutez à cela une déformation professionnelle qui pousse à constituer une bibliographie sur un sujet avant d'en parler et vous devriez avoir le tableau.

Et puis il y a eu la mutation des pratiques en ligne. Il y a quinze ans, les sites culturels balbutiaient sur le réseau et le seul fait d’exister en tant que tel nous donnait une légitimité, d’ailleurs bien plus que nos contenus. Depuis, il y a eu le web 2.0 et les nombreux blogueurs éclairés qui ont envahi la toile avec des contenus toujours plus pertinents. Parallèlement, le web s’est institutionnalisé, professionnalisé et la presse spécialisée a relégué les webmestres dilettantes que nous étions au rang de simples amateurs.

Nous avons résisté quelques années en sachant que nous avions un cercle d’amis lecteurs puis l’habitude de surfer au hasard du web s’est perdue au profit des réseaux sociaux. Nos lecteurs se sont éloignés et nous n’avons jamais voulu faire du m3 un simple compte sur un réseau social, c’eût été un tel affront à l’indépendance de ce site si longtemps édité au simple Notepad !

Il semble donc que cette fois soit réellement la fin. Si vous aviez l'habitude de lire nos posts, nous vous remercions sincèrement d'avoir été à nos côtés au cours de cette aventure. Nous en avons tous trois tiré beaucoup d'expérience et nous nous sommes vraiment amusés, il faut le dire. Comme à notre habitude, le site restera en ligne jusqu'à ce que les Grands Anciens nous dévorent.

Avant d’écrire les tous derniers mots dans ces colonnes, nous tenons à remercier une dernière fois ceux qui ont participé à l’aventure : A Simple Plain Man, Ben, Sylv1, Jos, gail et les autres dont la participation aura été moins visible mais tout aussi déterminante dans le déroulement de cette aventure longue de plus de 15 ans, une éternité à l’échelle de notre jeune réseau.

Au plaisir de vous croiser au cours de nos prochaines aventures,

L'équipe.

Morwenna, de Jo Walton

Posté le 26 novembre 2014

morwennaMorwenna est une adolescente de 15 ans demeurée infirme à la suite d'un accident de voiture qui a couté la vie de sa soeur jumelle. Elle doit maintenant se déplacer avec une canne. Elle est persuadée que tout cela est dû à la méchanceté de sa mère, selon elle une sorcière pratiquant la magie noire. Faisant une sorte de complexe d'Electre, elle rejoint son père qu'elle connait très peu. Celui-ci est gentil et bienveillant, mais ses trois soeurs ont une grande influence sur lui. Il place sa fille dans un internat privé de bonne réputation mais particulièrement strict, où elle peine à trouver sa place. Marginalisée, elle trouve refuge dans la magie dont elle est persuadée de la réalité, dans l'observation des fées qui peuplent la nature et dans la lecture d'oeuvres fantastiques et de science fiction en particulier.

Chien du Heaume, de Justine Niogret

Posté le 25 novembre 2014

DR Chien du Heaume est une jeune femme au physique ingrat, mercenaire impitoyable et poursuivant une quête identitaire. Si elle porte ce pseudonyme c'est parce qu'elle ne connait ni son nom, ni ses origines. Ne sachant d'où elle vient, elle peine à imposer sa valeur autrement que par la guerre et les contrats souvent cruels qu'elle exécute souvent magistralement. Mais cela ne lui convient pas. Elle aimerait trouver le nom que sa mère lui a donné, et ne pas avoir comme unique élément identitaire cette hache ornée de serpents qu'elle utilise inlassablement...

Hysteresis, de Loïc Le Borgne

Posté le 13 novembre 2014

DR Le monde a souffert. La Panique, une catastrophe majeure, a anéanti toute civilisation. Les survivants sont de retour à une vie proche de ce qu'il reste de nature et sont sujets à des superstitions moyenâgeuses. Il a fallu tout reconstruire, et cela s'est fait bon an mal an: toute technologie est associée à la panique, et son usage est sévèrement puni. Les arbres sont devenus sacrés. Il ne fait pas bon être vieux dorénavant, car né avant l'apocalypse on est perçu comme en étant responsable: on fait partie de ceux qui ont mené l'humanité à sa perte, ou presque. Aussi, lorsque Jason Marieke arrive à Rouperroux, un hameau français habité par une communauté d'enfants, il est accueilli on ne peut plus froidement. Jason est vieux, américain et conteur. Il n'a avec lui qu'un ballon de basket et ses quelques affaires. La communauté est sur le point de voler en éclats, et c'est ce que va montrer le récit...

Dans les veines, de Morgane Caussarieu

Posté le 3 juillet 2014

Droits Réservés.Bordeaux vit terrorisée par une série d'assassinats affreux qui s'y déroulent. Des corps exsangues sont régulièrement retrouvés dans les poubelles: il s'agit à n'en pas douter de l'oeuvre d'un tueur en série particulièrement vicieux. Lilly et sa copine, deux adolescentes mal dans leur peau n'ont que faire du couvre feu imposé par leurs parents, et se retrouvent dans une boîte de nuit branchée, mais sordide, où elles tombent sur un groupe hétéroclite, mais déterminé, composé d'une femme fatale, d'un ex-punk façon Sex-Pistols, d'un beau vampire ténébreux et d'un vampire dans le corps d'un enfant, qui dirige le groupe. La copine finit vidée de son sang dans les toilettes, Lilly tombe sous le charme du beau ténébreux... Le père de Lilly, policier de son état commence à mener une enquête difficile mais avec détermination. Les vampires sont tous sans aucune pitié, détachés de l'existence humaine comme il se doit.