Magm3 guide informel de nouvelles cultures depuis le siècle dernier

La voix du maitre

Posté le 20 septembre 2009
La voix du maître
La voix du maître

Simon, jeune enseignant désabusé en littérature québecquoise effectue un remplacement dans un  établissement d'enseignement secondaire. Il se retrouve à partager le bureau d'un vieux professeur aphone, Normand Mailhot, dans les sous-sols de l'établissement. Ce vieux professeur illuminé a lui-même renommé son environnement l'Enfer et son cours le Purgatoire. Les méthodes du vieux Normand apparaissent d'abord douteuses et hors-normes mais très vite, Simon développera une véritable fascination pour son collègue...

La voix du Maître est le second roman de Benoît Séguin. Cet ancien enseignant règle ici ses comptes avec l'enseignement québecquois à travers un duo de professeurs marginaux enseignant dans des conditions parfaitement incongrues. La situation caricaturale dépeinte par l'auteur, avant tout ludique et aguicheuse, permet tout de même de mettre le doigt sur certains points très discutables de la pédagogie actuelle (culte de l'enfant roi, nécessité de la réussite au détriment de la qualité du diplôme délivré, etc...).  Si la réflexion s'arrête souvent très vite, il n'en reste pas moins que le livre arrive à attirer l'attention du lectorat sur certains de ces points.

Au-delà du message politique, La voix du maître est un ouvrage qui parle des difficultés d'épanouissement. Que ce soient celles des jeunes qui n'arrivent pas à sortir du carcan familial, celles des jeunes enseignants n'ayant pas la foi dans leur profession, des anciens désabusés par un système en perdition ou plus généralement de ces hommes ne sachant pas comment sortir de l'ennui, de la routine, de la facilité.

L'ouvrage est aussi un hommage à l'oeuvre de Saint-Exupéry, qui est trop souvent résumée à une lecture (discutable qui plus est) du Petit Prince. Ici, à travers de nombreuses citations et de nombreuses lectures dans les cours de Normand Mailhot, l'auteur nous fait (re)découvrir des ouvrages comme Pilote de Guerre ou Terre des hommes et apporte un nouveal éclairage sur le galvaudé Petit Prince, redonnant à Saint-Exupéry sa vraie dimension.

On pourrait reprocher de nombreuses choses à cet ouvrage: prévisible, caricatural, naïf... Mais à bien des égards, on prend plaisir à le lire. Ces défauts sont à la fois à prendre comme une preuve de sincérité et comme un exercice pédagogique. On sent en effet un véritable effort de la part de l'auteur afin d'être compris, suivi dans ses idées. Les restranscriptions des longues discussions rhétoriques sur MSN entre les deux professeurs en sont la parfaite illustration: les argumentaires sont simples et directs, à la portée de tous.

En fait, ce serait se tromper de cible que de reprocher à La voix du maître de donner dans la facilité, il apparaît que cet ouvrage est avant tout un cri d'amour à la liberté et à la littérature. Ses défauts ne sont que les reflets des maladresses qui risquent toujours d'accompagner une trop grande franchise.

Posté par greg

Co-fondateur du m:3. Amateur de musiques électroniques, en particulier de musiques minimalistes et abstraites. Toujours à la recherche de l'underground et opposé à l'idée même d'"industrie culturelle". Mathématicien le jour, DJ la nuit. Après avoir vécu dans la capitale des Gaules, de la France et au Québec, s'est exilé dans la Caraïbe pour cacher la fortune amassée grâce à ses recherches fondamentales et à ses concerts, il semble cependant miraculeusement absent des fichiers Offshore Leaks.
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant


Leave a comment

Aucun trackbacks pour l'instant