Magm3 guide informel de nouvelles cultures depuis le siècle dernier

La Quatrième Main, de John Irving

Posté le 17 novembre 2009
la quatrième main de John Irving
la quatrième main de John Irving

Patrick Wallingford n'avait réellement pas marqué les esprits. Moyen en tout, il était plus de ceux qui se laissent glisser sur la vague. Son succès auprès des femmes était essentiellement dû au fait qu'il était incapable de dire non, allié à un peu de charme naturel. Et son travail de journaliste sur une chaîne d'"info" 24/24 ne le satisfaisait pas pleinement, essentiellement à cause de la notion même d'information que ces chaînes appliquent, à savoir du fait divers absurde et grotesque, si possible larmoyant, et impliquant un décès.

Mais c'est justement un fait divers, retransmis en direct sur cette même chaîne qui va changer sa vie. Car un lion décide de déjeuner de la main gauche de Wallingford, sans demander l'avis de ce dernier. C'est ainsi que le lecteur en apprendra plus sur le docteur Zajac, qui ne rêve que d'exécuter la première greffe de la main réussie aux Etats-Unis, voire dans le monde. Mais comme de bien entendu, avec John Irving, les choses ne se déroulent jamais comme elles seraient censées le faire.

C'est ainsi que la perte d'une main va compléter Wallingford, faire de lui un homme avec un but, qui décide de ne plus se laisser porter par les événements, mais bien de prendre sa vie en main. Et c'est une rencontre qui changera le docteur Zajac, rencontre qui lui fera comprendre que cette greffe n'est pas forcément la chose la plus importante au monde.

La Quatrième Main est une double romance menée en parallèle, amenée par de petits faits qui deviennent gros et permettent le bonheur des protagonistes. Lorsque résumée à sa plus simple expression, cette trame peut paraître naïve, voire à l'eau de rose, mais parvenir à une telle conclusion serait ne pas connaître le talent d'Irving. Car si ce n'est pas là son roman le plus ambitieux, son style et son humour lui permettent de lier les historiettes de ses personnages et de les intriquer suffisamment entre elles pour en faire un récit cohérent, fluide et bourré d'un humour aussi frais que subtil. Ne cherchant pas à être un des grands romans américains, La Quatrième Main n'en reste pas moins une lecture plus qu'agréable et bien au dessus du lot.

Posté par tibo

Co-fondateur du projet, passionné par tout ce qui touche de près ou de loin à la culture au sens large, des jeux vidéo aux arts graphiques en passant par la musique, je cherche avant tout à faire partager mes coups de coeurs tout en découvrant de nouveaux sujets.
Commentaires (1) Trackbacks (0)
  1. « C’est ainsi que la perte d’une main va compléter Wallingford [et en gros, lui permettre] de prendre sa vie en main. »
    Dis-donc, t’es en pleine forme toi 🙂

    C’est sorti quand cette affaire et où dans sa carrière?


Leave a comment

Aucun trackbacks pour l'instant