Magm3 guide informel de nouvelles cultures depuis le siècle dernier

Zoé, de Chabouté

Posté le 21 novembre 2009

Zoé

Zoé

Christophe Chabouté s'est imposé ces dix dernières années comme l'une des têtes pensantes de la BD d'auteur française classique. Zoé, son troisième ouvrage, édité chez Vents d'Ouest en 1999 a très certainement participé à cette renommée.

A sa sortie de prison, la jeune Zoé décide d'aller habiter l'ancienne maison de famille dont elle a hérité pendant sa détention. Cette maison se trouve à La Goule un village perdu de la campagne française avec son curé, son médecin et le sympathique idiot du village : Hugo, qui collectionne les crânes d'animaux. L'adaptation dans cette communauté hors du temps ne s'annonce peut-être pas aussi difficile que ce à quoi elle aurait pu s'attendre.  Les villageois ne sont pas hostiles et Hugo est un compagnon affectueux et sympathique. Les choses se compliquent quand elle découvre que la collection de crânes de ce dernier comporte bon nombre des crânes humains, déterrant ainsi un lourd secret dont le village est porteur...

Au début, Zoé pourrait nous faire penser au Journal d'un curé de campagne de Bernanos, nous plongeant dans cette petite communauté sympathique mais très vite le ton change, nous comprenons que la sympathique campagne ne sera qu'une trame de fond et que ses habitants vont passer au second plan face à une abomination qui semble se dérouler de manière perpétuelle. Chabouté prend le temps de nous immerger dans cet environnement rural, aux côtés de ses habitants. De ce fait, il parvient à rendre l'expérience réelle et sensible. Ainsi, lorsque le récit sombre dans l'intrigue à proprement parler, nous nous retrouvons, comme dans un bon Chabrol, sur la fine frontière entre récit du genre humain et histoire policière.

Le seul défaut de Zoé sera peut-être d'aller un peu trop vite en besogne. L'ouvrage se lit extrêmement rapidement, le dessin lui-même, noir et blanc, efficace et très dynamique tend à accélérer la lecture. Toutes les scènes semblent aller droit au but, il manque des moments où le récit s'interromprait, laissant au lecteur le temps d'apprécier plus pleinement la situation. Il n'eût, à mon avis,  pas été un mal que l'ouvrage comporte une petite centaine de pages supplémentaires pour vraiment trouver son équilibre.

Il n'en reste pas moins que Zoé est un ouvrage d'excellente facture, à ranger aux côtés des Petits Ruisseaux de Rabaté, du Magasin Général de Loisel et Tripp ou, dans un genre plus policier et moins humain, du premier tome de Dusk de De Metter et Marazano.

Posté par greg

Co-fondateur du m:3. Amateur de musiques électroniques, en particulier de musiques minimalistes et abstraites. Toujours à la recherche de l'underground et opposé à l'idée même d'"industrie culturelle". Mathématicien le jour, DJ la nuit. Après avoir vécu dans la capitale des Gaules, de la France et au Québec, s'est exilé dans la Caraïbe pour cacher la fortune amassée grâce à ses recherches fondamentales et à ses concerts, il semble cependant miraculeusement absent des fichiers Offshore Leaks.
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant


Leave a comment

Aucun trackbacks pour l'instant