Magm3 guide informel de nouvelles cultures depuis le siècle dernier

I am Here, de Spike Jonze

Posté le 18 avril 2010

Est-il vraiment nécessaire de continuer à présenter Spike Jonze ? Réalisateur et photographe de talent, il est l'homme derrière des vidéos de skate cultissime, il est celui qui a signé les clips des Beastie Boys, entre autres, ou, pour ses travaux les plus connus, le réalisateur de Dans la peau de John Malkovitch et Adaptation.

Rien d'étonnant donc à ce que le zozo décide de faire un court métrage, diffusé à la fois sur internet, via un site dédié mais aussi via les réseaux dits sociaux, et en projection dans un conteneur de 14 places qui se ballade probablement en ce moment même dans tous les coins de la métropole. Le projet dans son ensemble étant soutenu par un marque de vodka dont nous tairons le nom, d'une, parce qu'on est pas là pour leur faire encore plus de pub, et de deux, parce que c'est vraiment de la mauvaise vodka.

Et quid du film ? Une histoire d'amour toute simple. Dans un monde où les robots existent et occupent les plus basses positions dans la société, deux d'entre eux se retrouvent et s'aiment, passionnément et tout simplement, se promettant l'un à l'autre jusqu'à ce que le formatage de leur disque dur les sépare. Mais cette union ne se fait que comme les robots savent la faire, et pour la découvrir, vous devrez regarder le film.

Et ce faisant, vous ne perdrez pas votre temps. Les robots, ici, n'ont rien de bêtes de sophistication et de design, ils sont plutôt un conglomérat de vieux ordinateurs qui claudiquent tant bien que mal au milieu d'humains qui, pour l'immense majorité d'entre eux, ne les voient pas. Mais certains développent des sentiments et une volonté, et sans faire de révolution, vivent juste leur vie. Comme je l'ai mentionné précédemment, ce sont justement deux d'entre eux que l'on suit. Il est donc question de rapports sociaux dans le film, et aussi de tolérance sur fond d'amour. Un amour qui n'est aucunement mièvre dans la manière dont il est montré. D'ailleurs, Jonze semble s'inspirer du cinéma de Kim Ki Duk pour son ambiance et son traitement du sentiment. Il y met néanmoins plus de dialogues, se réapproprie en quelque sorte la technique pour en sortir quelque chose de différent, mais très clairement tout aussi fort.

I am Here est donc un court métrage très réussi d'un des grands actuels du cinéma et de l'image en général, un film qu'il est d'autant plus possible de regarder en streaming avec bonne qualité d'image de manière tout à fait légale, et ce simplement en cliquant sur le lien à la fin de ce post. Alors, pourquoi êtes-vous encore là au lieu de vous cultiver ?

http://www.imheremovie.com

Posté par tibo

Co-fondateur du projet, passionné par tout ce qui touche de près ou de loin à la culture au sens large, des jeux vidéo aux arts graphiques en passant par la musique, je cherche avant tout à faire partager mes coups de coeurs tout en découvrant de nouveaux sujets.
Commentaires (1) Trackbacks (0)
  1. J’ai beaucoup apprécié la façon dont se présente l’expérience cinématographique en streaming de ce court métrage, ça change du vieux Youtube ou Dailymotion intégré dans un vague microsite. En revanche, le contenu m’a nettement moins emballé. La fable est certes charmante mais j’ai trouvé l’esthétique très pop et le traitement d’une naïveté touchante.

    Cela dit, je salue bien bas la mise à disposition de la vidéo et surtout encore une fois, la façon dont elle a été mise à disposition. Cela devrait assurer un grand succès aux adolescents qui, à mon humble avis, forment la première population visée.


Leave a comment

Aucun trackbacks pour l'instant