Magm3 guide informel de nouvelles cultures depuis le siècle dernier

Le nouvel album de 9lazy9 en prix libre

Posté le 20 avril 2010

Duo formé de James Bradell et Keir Fraser, 9lazy9 est une valeur sûre depuis la sortie de ses premiers maxis sur Ninja Tune en 1993. Peu prolifique, le duo privilégie une musique léchée et à raison, car la finalisation est essentielle pour développer pleinement l'atmosphère feutrée de leurs albums aux influences jazz prononcées.

Après plus de six années de silence depuis l'excellent Sweet Jones (Ninja Tune, 2003), 9lazy9 quitte Ninja Tune et propose un nouvel album intitulé Bedsofaland en auto-production.

Si cela marque un tournant radical dans la démarche d'un groupe qui signait toutes ses productions chez Ninja Tune depuis 1993, la musique quant à elle n'a pas changé depuis 2003. Certains leur reprocheront peut-être de ne pas assez se renouveler mais je pense que  de toute façon, 9lazy9 ne s'est jamais targué d'être un duo avant-gardiste et qu'au contraire, c'est sûrement la seule formation capable de préserver ce genre dévoyé, et maintenant presque oublié, qu'est l'electro-jazz lounge.

L'album est aussi feutré que Sweet Jones mais il est aussi un peu plus concret. Quelques voix font leur apparition par de brefs moments mais toujours en délicatesse. Je retiendrai particulièrement Smoke Rings qui sonne comme un tribut aux grandes heures de Nightmares on Wax : aérien, léger et qui à lui seul donne tout l'état d'esprit d'un album dont on souhaiterait qu'il inspire les Tosca et autres artistes lounge en mal d'inspiration.

A noter enfin que pour ajouter au bon esprit de la chose, 9laz9 propose l'album en prix libre (avec un minimum de 5£) sur son site. Et pour ceux qui auraient sauté Sweet Jones et ne se souviendraient que des trop bruyants et vieillissants albums précédents avec peu d'émoi, il s'agit de sauter sur l'occasion de renouer à petit prix avec un duo qui ne fait que s'améliorer au fil des ans.

Posté par greg

Co-fondateur du m:3. Amateur de musiques électroniques, en particulier de musiques minimalistes et abstraites. Toujours à la recherche de l'underground et opposé à l'idée même d'"industrie culturelle". Mathématicien le jour, DJ la nuit. Après avoir vécu dans la capitale des Gaules, de la France et au Québec, s'est exilé dans la Caraïbe pour cacher la fortune amassée grâce à ses recherches fondamentales et à ses concerts, il semble cependant miraculeusement absent des fichiers Offshore Leaks.
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant


Leave a comment

Aucun trackbacks pour l'instant