Magm3 guide informel de nouvelles cultures depuis le siècle dernier

Joy Orbison, The Shrew Would Have Cushioned the Blow EP

Posté le 29 avril 2010

Joy Orbison, aka Peter O'Grady, fait partie de ces jeunes artistes montants sur lesquels je suis tombé par hasard dans ma quête des fils spirituels du créatif Burial. Après avoir signé deux maxis sur les labels Hotflush et Doldrums en 2009, il signe en 2010 l'excellent EP The Shrew Would Have Cushioned the Blow sur le label montant Aus Music fondé par Will Saul et Fink (Ninja Tune).

Le titre éponyme constitue indéniablement un véritable exercice de style du genre. Le morceau s'ouvre sur un rythme ragga sec et saccadé, auquel s'ajoutent doucement des nappes atmosphériques, des bribes de voix féminines, puis des basses rondes et profondes. Le morceau atteignant son apothéose dans la dernière minute, au pouvoir hypnotique rare, dont on ne peut que regretter la brièveté. Au-delà de la ligne dubstep atmosphérique classique, on retrouvera en filigrane les sonorités de Luomo qui apparaît régulièrement comme l'éminence grise de la scène dubstep.

Le remix d'Actress est dans un tout autre registre. Froid, mécanique, binaire, il est à réserver uniquement au mix et ne présente quasiment aucun intérêt en écoute.

Enfin, le troisième titre, So Derobe, constitue aussi une très bonne surprise. Encore une fois très  influencé par les ambiances rondes et vocales de Luomo, il joue cependant sur une tonalité plus 2 step. Le titre profite d'excellents micro-samples vocaux, chaleureux d'une part et suffisamment abstraits pour être hypnotiques d'autre part. Il en résulte un titre alien qui démontre encore la capacité de Joy Orbison à développer une musique à la fois entraînante et planante.

Et pour ceux qui n'aiment pas le vinyle, vous trouverez facilement cet EP pour quelques euros sur les principales plate-formes de vente de musique en ligne.

Posté par greg

Co-fondateur du m:3. Amateur de musiques électroniques, en particulier de musiques minimalistes et abstraites. Toujours à la recherche de l'underground et opposé à l'idée même d'"industrie culturelle". Mathématicien le jour, DJ la nuit. Après avoir vécu dans la capitale des Gaules, de la France et au Québec, s'est exilé dans la Caraïbe pour cacher la fortune amassée grâce à ses recherches fondamentales et à ses concerts, il semble cependant miraculeusement absent des fichiers Offshore Leaks.
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant


Leave a comment

Aucun trackbacks pour l'instant