Magm3 guide informel de nouvelles cultures depuis le siècle dernier

Go, de Jónsi

Posté le 11 juillet 2010

Go de Jonsi

Go de Jonsi

Alors que Sigur Rós n'est plus, officellement, depuis le début de l'année, le chanteur de ce groupe islandais Jón Þór Birgisson, plus connu sous le surnom de « Jónsi » nous livre avec Go son premier album solo. Hors Sigur Rós, il avait précédemment sorti Riceboy Sleeps, composé avec Alex Somers en 2009, et sorti chez Parlophone. Il s'agissait alors d'un album instrumental magistral aux ambiances éthérées, la voix du chanteur n'apparaissant qu'une unique fois sur tout l'album. Avec Go, rien à voir nous sommes face un album de rock aux arrangement qui flirtent fréquemment avec la pop.

En effet, si l'on retrouve avec un grand plaisir le talent vocal du chanteur, on ne peut pas en dire autant de la musique et des arrangements qui demeurent beaucoup trop simples et beaucoup trop convenus pour être agréables. Au fil du disque on trouve des genres musicaux dont on ne parle d'habitude pas dans ces colonnes et c'est bel et bien une véritable déception venant d'un artiste dont les précédentes productions ne nous avaient pas préparé à cela. J'ai écouté cet album plusieurs fois, mais non, ce n'est pas possible, je n'y arrive pas.

Ceci étant, si je prends tout de même le temps de rédiger une chronique c'est parce que cet album a été édité dans quatre versions différentes. Chacune de ces versions contient plus ou moins de "bonus", des vidéos etc. Les versions édition limitée et digitales, contiennent un DVD (respectivement un divx) sur lequel figure un film de 45 minutes intitulé Go Quiet, réalisé par Dean Deblois, réalisateur à qui l'on doit l'excellent Heima. Ce film a été tourné chez l'artiste, au lendemain de la fête du nouvel an 2009/2010 qui s'y est déroulée. Jónsi y joue son album, en solo et en acoustique, au piano, à la guitare, à l'orgue ou encore au glockenspiel. Et là, exit les arrangements mielleux et convenus, les notes popisantes, et à peu près tout ce qui nous aurait fait reléguer l'album au rayon variété internationale ! Les titres prennent toute leur saveur, le talent du chanteur n'est plus envenimé. De surcroît la réalisation n'est pas déplaisante et l'image sympathique, ce qui n'enlève rien au plaisir de ce DVD musical.

Si Jónsi confirme sur cet album son talent d'interprète vocal, il est regrettable que l'album principal soit aussi décevant et qu'il faille se rabattre sur une édition collector onéreuse pour trouver, dans la pureté des versions acoustiques, l'expression de son talent. Je remarque au passage un peu perplexe cette nouvelle tendance aux sorties segmentées par les majors d'un album en quatre versions... En revanche je salue l'initiative du label qui permet l'écoute intégrale de l'album sur le site de l'artiste, libre ainsi à tout un chacun de se faire sa propre idée avant d'acheter l'album. Mais vous avez mon avis, malheureusement on en peut pas acheter la version Go Quiet, sans acheter la version normale...

Posté par matteo

Contributeur de magm3 depuis le début (ou presque), en particulier sur les aspects techniques. Je suis particulièrement intéressé par la littérature fantastique (classique et contemporaine), le cinéma d'art et d'essai, la musique électronique (balayant large du breakbeat aux productions expérimentales type Raster Noton). Actuellement ingénieur en informatique.
Commentaires (7) Trackbacks (0)
  1. Sigur Rós est juste en congé, en attendant que Jónsi finisse sa tournée mondiale en fin d’année théoriquement. Ils doivent se réunir d’ailleurs pendant les pauses de cette tournée pour travailler ensemble dans le but de sortir un album l’an prochain. A propos de Go, je l’aime beaucoup mais je comprends que les arrangements de Nico Muhly dérangent, et basiquement que l’on trouve cet album trop pop par rapport à la finesse, richesse et magie musicale dont nous a habitués Sigur Rós… Alors, patience ! 🙂
    Juste une chose à propos de Go : en live les arrangements ne pouvant être les mêmes qu’en studio, on trouve là encore une autre version des chansons un peu moins épurées que sur le DVD Go Quiet, avec une très belle mise en scène : cela plus quelques très jolies chansons inédites, je recommande d’aller voir ce concert !

    • Je n’ai pour ma part pas pris le temps d’écouter l’album de Jonsi. J’étais déjà lassé par les derniers Sigur Ros, devenus plus condescendants que créatifs, et surtout agacé par leur surexploitation médiatico-commerciale.

      Le virage pop avait finalement déjà été amorcé par Sigur Ros, je ne doute pas que Jonsi l’ait finalisé, ce que l’avis de Matteo confirme d’ailleurs. Ensuite, les échos que j’ai eu par des proches de la prestation live de ce dernier n’étaient pas franchement des meilleurs, la tendance pop restait omniprésente, les seuls bons côtés étant finalement des emprunts à Sigur Ros.

      Ces avis sont ceux d’autres, le mien viendra peut-être plus tard, si tant est que j’ai envie d’écouter cet album un jour. Mais en attendant, je préférais alimenter le débat avec un avis plus nuancé sur le live.

  2. Chère Marie, nous ne doutons pas que vous aimiez Sigur Rós, Jónsi, et votre mission de « communication new media ». Néanmoins, nous avons toujours préféré les commentaires personnels aux campagnes publicitaires. Magm3 n’a pas pour vocation de servir de vitrine, et être parasité comme vous l’avez fait. Les méthodes de promotion que vous employez sont, au bas mot, fourbes !

  3. Bien, puisque la possibilité en était offerte, je suis finalement allé jeter une oreille à l’album. Je crois que les choses avaient finalement été assez bien résumées par Matteo et par les autres avis que j’avais entendus.

    Il y a un virage pop totalement assumé, des mélodies épiques qui frôlent le ridicule et, sur certains titres, des rythmiques franchement grossières. Le résultat est finalement souvent assez bruyant et parfois tellement kitch qu’il en a des tonalités, au mieux de J-pop, au pire de musique pour cours d’aérobic.

    Il y a tout de même sur certains titres quelques beaux vestiges hérités de Sigur Ros mais finalement, la seule chose que prouve cet album, c’est qu’on ne peut pas résumer Sigur Ros à son chanteur.

    Après, je ne suis (vraiment) pas amateur de pop, je ne fais donc probablement pas partie du public visé…

  4. Greg, j’avais évité, à dessein de dresser tout parallèle avec Sigur Ros dans ma chronique. D’une je ne souhaitais pas parasiter le débat avec le virage entrepris par Sigur Ros, et de deux pour Jonsi la page semblait tournée. Je ne voyais pas grand chose d’intéressant à dire sinon (caricaturalement): « il fut une époque ou Sigur signait sur FatCat puis pris dans une tempête médiatico/commeciale mainstream ils ont fondu un plomb et ils partirent chez EMI, cela annonça le début de la fin… et maintenant on se retrouve avec cette… prod ». Bon cela dit, j’étais un peu embêté parce que je voyais bien que c’était chaud, limite insoutenable comme position… c’était trop tentant de dire au détour d’une phrase que tout ce qu’il y a à garder est directement pris de l’historique « Rossien » comme tu l’as fait… 😉

    Enfin… mon avis global sur le « produit » n’est pas aussi négatif. Je le redis, pour moi, Go est sauvé, in extremis certes, mais sauvé tout de même, par Go Quiet, mais malheureusement Go Quiet n’est accessible qu’aux « gros fans », ceux qui sont prêts à mettre $18 dans une édition digitale, ou $40 dans une édition physique collector. Cela nous semble complètement crétin, mais comme tu l’as dit, nous ne sommes pas le coeur de cible visé par la sortie de cet album… la preuve, nous trouvons les bonus plus intéressants que que le plat principal. Mais oui c’est une déception, d’autant plus que le projet « visuel » (les costumes de scène les photos de presse etc.) est très travaillé, on sent un véritable investissement global dans le projet.

    Puisque finalement on est arrivé sur le terrain de Sigur Ros, perso, j’ai fait mon deuil de ce groupe. Le passage chez EMI m’avait déjà plus que fait arquer un sourcil, le dernier album soupirer, et là, le moins que je puisse dire c’est que je parviens parfaitement à contenir mon impatience vis à vis de la sortie d’un hypothétique album à venir… Ce n’est pas plus grave que cela, ils nous ont offert de très belles prods et il y a tout une nouvelle vague de groupe sur les labels pertinents qui sont très intéressants à suivre. Juste que Sigur Ros pour moi c’est fini. Il est très probable que ce fil de commentaires soit la dernière fois que l’on parle d’eux sur Magm3.

    Maintenant puisque tu t’en prends aux rythmiques, tu seras j’imagine heureux d’apprendre que le batteur de l’album n’est autre que Samuli Kosminen, batteur de múm. Je me demande encore ce qu’il est venu faire là dedans lui…

  5. Oui mais j’avoue que même pour Go Quiet j’ai énormémént de doutes, je l’écouterai à l’occasion, il doit effectivement y avoir la vulgarité en moins. Cependant, vu les compositions très axées sur la voix, qui a toujours été ce que j’aimais le moins chez Sigur Ros, je ne pense pas de toute façon être touché (mais en même temps j’étais pas visé).

  6. Entierement d’accord avec ta chronique. Bravo et merci.


Leave a comment

Aucun trackbacks pour l'instant