Magm3 guide informel de nouvelles cultures depuis le siècle dernier

Dieu en personne

Posté le 26 juillet 2010

Et si Dieu s'incarnait en personne dans une société comme la nôtre ? A quoi ressemblerait-il ? Quelle serait son attitude ? Comment le reconnaîtrait-on malgré son indéfinissabilité ? Comment réagirait-on ? Serait-on capable d'en tirer profit et si oui, quel profit ? Voici quelques-unes des innombrables questions que Marc-Antoine Mathieu aborde dans son ouvrage Dieu en personne, paru aux éditions Delcourt en août 2009.

Marc-Antoine Mathieu a toujours aimé amener son lecteur à se poser des questions. Qu'elles soient logiques comme dans la série des Julius Corentin Acquefacques prisonnier des rêves, sociologiques comme dans Mémoire Morte ou métaphysiques comme dans le présent ouvrage, les questions posées par Marc-Antoine Mathieu le sont aussi bien de manière directe qu'à travers d'insolubles paradoxes ou de subtiles métaphores poétiques. Jamais gratuites, ces questions n'attendent pas toujours des réponses. Pour autant, l'auteur donne toujours de très intéressantes pistes de réflexion.

Dans ses précédents ouvrages, Marc-Antoine Mathieu avait abordé des aussi sujets complexes que la flèche du temps, la narratologie, la symétrie ou le langage. Cependant, il était toujours resté dans des domaines de réflexion qui pouvaient pour l'essentiel se limiter à la philosophie cartésienne, cadre duquel sort très largement le domaine abordé dans Dieu en personne.

L'application à la métaphysique des méthodes narratives de Marc-Antoine s'avère très réussie. Que ce soit l'absurdité de certaines scènes, la densité des dialogues, leur finesse ou toutes les références qui s'y trouvent, tous les outils de l'auteur sont utilisés à très bon essient. Seul son outil majeur habituel, qui est la confrontation à l'absurde, perd de son efficacité dans un cadre de réflexion métaphysique.

Le résultat, d'une grande finesse, est profondément tragi-comique. Comique car il regorde de bons mots ou de situations absurdes qui font sourir. Tragique car il nous dépeint la "mort de Dieu" mais une mort qui n'est pas à prendre au sens nietzschéen du terme, celle ou l'Homme triomphe de ses croyances. Non, la mort dont il s'agit est celle d'un Dieu qui, lorsqu'il s'incarne véritablement sur Terre, ne peut devenir autre chose qu'un simple objet de campagne marketing. Et est-il utile de dire que le Dieu dépeint par Marc-Antoine Mathieu n'est autre que l'incarnation des grandes idées humanistes qui ont fondé notre société ? La mort de Dieu dont il s'agit est donc le déclin d'une civilisation prête à troquer toutes ses valeurs contre de petits profits à court terme.

A la première lecture, il peut d'abord sembler que la réflexion est un peu facile, qu'elle joue surtout sur des lieux communs. Mais comment les éviter en  autrement un sujet aussi débattu ? Puis, au fil des relectures, on découvre toute la finesse de la construction de l'oeuvre. On se rend compte que ces lieux communs sont autant de passages nécessaires pour aborder la véritable problématique de l'ouvrage qui est celle de la disparition de l'humanisme au profit du matérialisme.

Du point de vue de la forme, Marc-Antoine Mathieu reste fidèle à son style graphique strictement noir et blanc avec cette fois-ci une légère entorse puisqu'il s'autorise l'utilisation aditionnelle d'un unique niveau de gris. La narration quant à elle adopte un style assez proche de la nouvelle vague américaine, plus didactique que narratif. Il s'agit donc d'un excellent ouvrage, très dense, et qui, au-delà de son aspect ludique, mérite largement plusieurs lectures pour être vraiment bien appréhendé.

Posté par greg

Co-fondateur du m:3. Amateur de musiques électroniques, en particulier de musiques minimalistes et abstraites. Toujours à la recherche de l'underground et opposé à l'idée même d'"industrie culturelle". Mathématicien le jour, DJ la nuit. Après avoir vécu dans la capitale des Gaules, de la France et au Québec, s'est exilé dans la Caraïbe pour cacher la fortune amassée grâce à ses recherches fondamentales et à ses concerts, il semble cependant miraculeusement absent des fichiers Offshore Leaks.
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant


Leave a comment

Aucun trackbacks pour l'instant