Magm3 guide informel de nouvelles cultures depuis le siècle dernier

Infra, de Max Richter

Posté le 16 août 2010

Infra

Infra est en fait le fruit d'une commande que le Royal Opera House de Londres a passé pour une création collaborative entre le compositeur Max Richter, le chorégraphe Wayne McGregor et l'artiste contemporain Julian Opie. Le projet s'est créé à l'automne 2008 et la première a eu lieu en novembre de cette même année. La partie sonore de la création a ensuite mûri, pour devenir une oeuvre à part entière, signée depuis le 19 juillet de cette année sur 130701, la sous-division orchestrale du respecté label FatCat.

Compositeur de musique contemporaine, à la frontière avec le néo-classique et l'ambient, Max Richter avait été remarqué dès son premier album, Memoryhouse, sorti en 2002 mais c'est 24 postcards in full colour, sorti en 2008, qui lui a vraiment apporté une reconnaissance publique. Lors de ses précédentes sorties -- tout comme dans infra -- il a su développer une ambiance minimaliste unique de laquelle émergent des mélodies chargées d'une mélancolie extrême, le tout créant une ambiance étonnament filmique.

Mais il y a dans infra quelque chose de plus que dans les travaux antérieurs de l'artiste. Peut-être cela est-il dû à l'étroite collaboration que l'artiste a entretenu avec le chorégraphe pour la création de l'oeuvre. Toujours est-il qu'infra a une tonalité nettement plus abstraite que le reste de l'oeuvre de Max Richter, les envolées lyriques ont laissé place à une sobriété terrible, d'une tristesse inouïe mais superbe.

A l'écoute de cet album, on ne peut que regretter de ne pas avoir assisté à la représentation au Royal Opera House, on ne pourra donc profiter que des quelques secondes proposées sur le site de Julian Opie (rubrique Past puis 2008), artiste qui mérite  d'ailleurs que l'on s'attarde plus longuement sur son site. On retrouvera aussi quelques vidéos de la représentation au Royal Opera House sur Youtube. Quant à l'album, si vous n'êtes pas encore convaincu, vous pouvez toujours aller l'écouter, il est en libre écoute sur le site de FatCat. Le seul véritable reproche que l'on pourra lui faire est celui de son extrême brièveté, il ne dépasse malheureusement pas 40 minutes.

Posté par greg

Co-fondateur du m:3. Amateur de musiques électroniques, en particulier de musiques minimalistes et abstraites. Toujours à la recherche de l'underground et opposé à l'idée même d'"industrie culturelle". Mathématicien le jour, DJ la nuit. Après avoir vécu dans la capitale des Gaules, de la France et au Québec, s'est exilé dans la Caraïbe pour cacher la fortune amassée grâce à ses recherches fondamentales et à ses concerts, il semble cependant miraculeusement absent des fichiers Offshore Leaks.
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant


Leave a comment

Aucun trackbacks pour l'instant