Magm3 guide informel de nouvelles cultures depuis le siècle dernier

Les extraordinaires aventures de Kavalier & Clay, de Michael Chabon

Posté le 2 novembre 2010

Kavalier, c'est le dessinateur, arrive dans la chambre de son cousin New Yorkais Clay vers la fin du mois d'octobre 1939 un soir après une incroyable fuite de l'Europe alors occupée par les nazis, fuite qui nous sera relatée immédiatement après tant elle affecte les événements relatés dans le livre. Clay pense être illustrateur, mais c'est en tant que scénariste que ses talents prendront tout leur essor, du moins dans les années qui suivront, tant les débuts sont rocambolesques. Les deux sont les auteurs de nombreux comics largement inspirés des super héros populaires du moment, notamment Superman. Leur héros n'est autre que l'Artiste de l'Evasion.

Et bien entendu celui-ci n'a jamais existé, du moins pas dans notre univers. Mais dans celui inventé par l'auteur, qui puise dans la grande Histoire pour nous raconter celle de ces deux héros, il devient vite un héros populaire, servant tout d'abord à expier la volonté de combattre le régime nazi dont les juifs, car les deux sont de confession juive, sont victimes dans toute l'Europe. Une Europe à feu et à sang où est restée toute la famille de Joe Kavalier, sacrifice nécessaire pour l'envoyer rejoindre son cousin aux Etats-Unis.

C'est sur cette période de guerre que se joue une grande partie du roman. Du trauma originel qui accoucha la création de l'artiste de l'évasion par Josef Kavalier, nous saurons, nous lecteur, presque tout, de son point de vue et de ses aventures à travers l'Europe, du moins, puis de son adaptation aux Etats-Unis, qui restent si loin d'un conflit pourtant quasiment mondial. C'est durant cette période que les deux trouveront, par extraordinaire concours de circonstances et opportunités saisies, à se faire publier, qu'il rencontreront des surréalistes, une femme, des artistes, qu'ils se forgeront un nom et influenceront toute une génération, avant que Joe ne quitte tout comme de nombreux autres après l'attaque de Pearl Harbor pour enfin assouvir son désir de vengeance. Une vengeance qui ne prendra pas la forme escomptée, et qui ne sera finalement pas si douce.

A travers le personnage de Sam, qui reste lui au pays, on en apprend plus sur la manière dont les événements étaient vécus, et l'on obtient confirmation que la fascination pour les surhommes musclés en justaucorps révélant toute leur superbe et parfaite musculature a bien une origine sexuelle. On croise aussi quelques détraqués, et comme de bien entendu, la fiction, envahit parfois le réel.

C'est d'ailleurs là que le bât commence à blesser. Michael Chabon tente différentes approches mais ne les exploite pas toutes à leur pleins potentiel, en laissant même certaines à l'état purement bourgeonnant quand il eût put pousser le principe nettement plus loin. De ces tâtonnements résulte un certain déséquilibre de l'ouvrage. Ainsi, les premières parties, les plus intéressantes, et qui malgré un style parfois quelque peu ampoulé maintiennent le lecteur en haleine, se concentrent quasi exclusivement sur les premières années de création des deux jeunes auteurs, ainsi que leurs motivations. Au fur et à mesure, néanmoins, particulièrement après l'engagement de Kavalier dans l'armée, le style est nettement moins exhaustif, devenant surtout une collection d'éléments explicatifs, mais difficilement en rapport avec les premiers chapitres, si ce n'est le suivi des héros. La fin est dans ce style, diamétralement opposé à celui du commencement, où l'histoire se poursuit plus par ellipses, nécessité de montrer comment la relation de nos deux compères a survécu à leur séparation brutale et à l'ignorance du sort des autres, jusqu'à un certain point. C'est d'ailleurs sur la dernière partie que ce changement de style s'apprécie enfin, sert véritablement l'oeuvre d'une clarté bienvenue, tant le déluge de détails du début aurait tué le récit.

Malgré ces quelques longueurs du milieu, et quelques passages franchement inutiles, les extraordinaires aventures de Kavalier & Clay n'en reste pas moins un bon roman sur la naissance d'un genre nouveau d'expression artistique dans une Amérique insouciante, reprenant le flambeau d'une Europe qui ne peut, pour quelques années, se permettre le luxe d'une création artistique quelle qu'elle soit. Entre les lignes, on peut aussi y deviner une certaine ode aux principes fondateurs des Etats-Unis : liberté, individualité et opportunisme, même si ceux-ci se voient souvent bousculés dans cette vaste étendue par des principes moraux pouvant être aussi pudibonds que destructeurs. A noter que cet ouvrage, paru chez nous en 2003, a obtenu le prix Pullitzer en 2001.

Posté par tibo

Co-fondateur du projet, passionné par tout ce qui touche de près ou de loin à la culture au sens large, des jeux vidéo aux arts graphiques en passant par la musique, je cherche avant tout à faire partager mes coups de coeurs tout en découvrant de nouveaux sujets.
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant


Leave a comment

Aucun trackbacks pour l'instant