Magm3 guide informel de nouvelles cultures depuis le siècle dernier

Rubber, de Quentin Dupieux

Posté le 13 novembre 2010

Rubber est un film hommage à l'absence de raison. Exemple : pourquoi l'extra-terrestre dans E.T. est-il marron ? Pas de raison. Il y en a toute une liste comme ça, et Rubber leur rend hommage. Pitch : un pneu psychopathe et doté de pouvoirs psychokynétiques tombe amoureux d'une jolie jeune fille. C'est la trame.

Première scène : une voiture arrive lentement et détruit méthodiquement toutes les chaises disposées le long d'une route. Elle se gare et un shérif sort du coffre. Il explique aux spectateurs que le film est un hommage à l'absence de raison. Les spectateurs sont aussi dans le film. Il n'y a aucune raison à cela, mais cela a du sens. Ne confondez pas les deux. Le reste du film est à l'avenant.

Le héros : un pneu, psychopathe et doté de pouvoirs psychokynétiques. Quand il ne peut pas écraser ce qui passe dans son chemin, il peut les faire exploser. Totalement ou partiellement, il semble que ça dépende plus ou moins de la taille. Il croise une jeune et jolie jeune fille et en tombe amoureux. Grande force de M. Dupieux et chapeau bas à lui : il a réussi à donner une personnalité à un pneu. A en faire un personnage doué d'une conscience propre crédible. Quand on voit que certains acteurs ne sont pas capable d'interpréter le plus stéréotypé des personnages correctement, lui réussi à faire d'un pneu le héros crédible d'une histoire. Au bas mot, ça force le respect.

Technique. M. Dupieux n'a pas filmé avec une caméra. Non, il a pris un appareil photo, embarqué quelques pelés dans le désert, et filmé une heure et trente minute d'hommage à l'absence de raison avec un appareil photo. Le résultat c'est qu'il obtient des images comme on en voit pas trop au cinéma. Les couleurs sont un peu saturées, la profondeur de champ est complètement différente. Mais comme M. Dupieux choisi bien ses angles et ses sujets, sa contrainte devient une vraie force.

Sans raison ne veut pas dire sans sens. Du sens, de la réflexion, il y en a. C'est un peu comme dans son album, signé sous le nom de Mr. Oizo : des idées, il y en a plein, elles ne sont pas forcément toutes exploitées, mais il les jette dans son film comme le petit poucet jetait des cailloux. Après, si vous pensez pouvoir en tirer quelque chose de mieux, il ne vous reste plus qu'à prendre un appareil photo et de les exploiter.

M. Dupieux a donc gagné son pari. Pas parce que la hype va s'emparer du film et va faire tout un foin du fait que le héros est un pneu psychopathe avec des pouvoirs psychokynétiques, même si c'est déjà un très bel accomplissement en soi. Non, M. Dupieux a gagné son pari parce qu'il nous prouve qu'il est possible de faire du cinéma comme on fait de la musique depuis que les moyens d'enregistrement se sont démocratisés. Il nous prouve qu'avec peu de moyens on peut encore faire beaucoup. Il nous prouve que tout n'est pas une question de contrôle, mais d'expérience. Il nous prouve qu'en laissant les choses se faire, on obtient parfois quelque chose de splendide. Ne cherchez pas de raison à Rubber, cherchez plutôt ce que vous pourrez faire après.

Posté par tibo

Co-fondateur du projet, passionné par tout ce qui touche de près ou de loin à la culture au sens large, des jeux vidéo aux arts graphiques en passant par la musique, je cherche avant tout à faire partager mes coups de coeurs tout en découvrant de nouveaux sujets.
Commentaires (3) Trackbacks (0)
  1. Encore du cinéma déviant ça, il n’y a plus de jeunesse. Heureusement que la censure commerciale veille dans mon bled et que je n’aurai absolument aucune chance de le voir diffusé dans mon multiplex de quartier.

  2. Même pas dit, parce qu’il est tellement déviant qu’il est présenté dans tout un tas de festivals (après Cannes) pour montrer à quel point il est déviant. Donc il y a peut-être une chance pour qu’il soit diffusé en multiplex, même de quartier, pour que les gens sachent à quel point le cinéma déviant, c’est bien, non, mal…

  3. J’avais vraiment envie de le voir et au final j’ai trouvé ça… très nul.
    Il n’y a rien dans ce film je trouve.


Leave a comment

Aucun trackbacks pour l'instant