Magm3 guide informel de nouvelles cultures depuis le siècle dernier

Boneshaker, de Cherie Priest

Posté le 23 novembre 2010

États-Unis, 1880. Vingt ans de guerre civile américaine entre États Confédérés et états de l'Union. Seattle est la capitale d'un territoire ne faisant pas encore officiellement partie du pays. Mais le centre de la ville est complètement muré, pour cause de gaz toxiques libérés par le Boneshaker, une machine destinée à forer les glaces épaisses du Klondike. Lors d'un essai sous la ville, en plus de détruire moult bâtiments, la machine libéra un gaz toxique qui semble faire revivre les morts, appelés Pourris, dont le met préféré est bien évidemment la chair humaine. C'est dans cette ville que toi lecteur, tu comprends comme étant dangereuse, que Ezekiel Wilkes décide de partir à la recherche de preuves pouvant disculper sa famille de l'opprobre qu'elle subit. Car sa mère, Briar Wilkes, n'est autre que la veuve du concepteur du Boneshaker, bien évidemment détesté.

À ce stade, lecteur, que je sais perspicace, tu as tout de suite compris le mélange des genres. Uchronie, steampunk, morts-vivant et décor d'apocalypse, tu te tâtes. N'est-ce pas un peu trop, n'y a-t-il pas de risques que tout ne soit finalement trop dilué, peu sérieux, que cette accumulation ne nuise au roman ? Je te rassure immédiatement, ce n'est en rien le cas. Car Boneshaker n'est que le premier tome d'une trilogie, intitulée le siècle mécanique. Si l'uchronie et le steampunk sont effectivement utilisés, ce ne sont que des couches peu explorées de l'univers dans le présent ouvrage, qui se concentre plus sur Briar et Ezekiel Wilkes tâchant de survivre dans la Seattle ravagée décrite plus haut, ainsi que sur les personnages qu'ils rencontrent dans celle-ci.

Car bien entendu, Seattle n'est pas tout à fait vide d'habitants, sans compter les Pourris, cela va de soi. On y trouve des chinois, maître du calfeutrement des immeubles et constructeurs de pompes à air, quelques trafiquants qui commercent avec les capitaines de dirigeables qui s'amarrent parfois au dessus de l'épais brouillard toxique contaminant la ville, une manchotte qui n'a pas froid aux yeux, et même un savant fou. Bref, il y a foule, dans cette ville soi-disant fantôme.

L'histoire quant à elle suit parfaitement les canons de la littérature d'aventure en se calant dans cette univers multiple. Les personnages ont une histoire qui nous est dévoilée au fur et à mesure des événements et, si leurs motivations premières peuvent sembler un peu basiques, elles ne constituent en fait qu'un excellent prétexte à la pose des bases d'un univers somme toute assez original, qui, je l'espère vraiment, se dévoilera un peu plus dans les tomes suivants. Boneshaker est donc un livre qui devrait satisfaire tous les amateurs de science-fiction, et qui, pour un premier tome de trilogie, s'avère on ne peut plus réussi, tant pour l'univers présenté que pour les personnages introduits dans celui-ci. Ne reste plus qu'à espérer que l'essai soit transformé, et que la suite s'avère tout aussi agréable à lire que ce premier volume.

Posté par tibo

Co-fondateur du projet, passionné par tout ce qui touche de près ou de loin à la culture au sens large, des jeux vidéo aux arts graphiques en passant par la musique, je cherche avant tout à faire partager mes coups de coeurs tout en découvrant de nouveaux sujets.
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant


Leave a comment

Aucun trackbacks pour l'instant