Magm3 guide informel de nouvelles cultures depuis le siècle dernier

The Third Eye Foundation – The Dark

Posté le 2 janvier 2011

Neuf années se sont écoulées depuis la sortie du dernier album de The Third Eye Foundation sur Domino. Neuf années pendant lesquelles le seul et unique membre de cette formation, à savoir Matt Elliott, s'est concentré sur un (excellent) projet folk sous son propre nom. Neuf années pendant lesquelles on se demandait si l'artiste n'avait pas définitivement tourné la page, surtout quand en 2006 il a sorti une compilation 3xCD rétrospective de son œuvre et que la tournée qui s'ensuivit prenait parfois des allures d'adieux. Mais il n'en était rien car neuf ans après, Matt Elliott remet sa bure de sombre prêtre et signe un nouvel album dérangeant sous le nom de The Third Eye Foundation : The Dark, sorti sur Ici D'ailleurs.

Impossible de s'y tromper, même après avoir été fermées pendant tant d'années, les portes de l'univers de The Third Eye Foundation se rouvrent instantanément à l'écoute de The Dark. Cette ambiance néo-gothique décrépie, ces chants dissonants, ces rhytmes déstructurés et ces sons lancinants sont autant de caractéristiques de ce monde mystique d'une tristesse infinie que The Third Eye Foundation est le seul à avoir su dessiner.

Si vous ne connaissez pas l'œuvre de l'artiste, tentez d'imaginer les sonorités qui pourraient accompagner une danse macabre ou toute iconographie religieuse mortuaire et vous aurez alors une idée de l'univers que The Third Eye Foundation souhaite dépeindre. Mais au lieu de le faire dans la paisible tradition du requiem ou la violence gratuite et trop jubilatoire d'un dark metal, Matt Elliott choisit une voie encore non-explorée, faite d'antagonismes, à la fois électronique et organique, calme et violente, mélodique et dissonante. Une musique qui, de par sa talentueuse composition, rappelle le Dies Irae de Penderecki ou le Requiem de Ligeti mais qui sait aussi, de par sa violence ramener ces musiques savantes au sol, voire les emmener dans les profondeurs du sous-sol.

Et si vous connaissez déjà The Third Eye Foundation, ce nouvel album ne vous décevra pas tant il est dans la pure lignée des précédentes sorties. Plus précisément, c'est de Ghost, You Guys Kill Me et Little Lost Soul que l'on retrouve vraiment la trace, c'est à dire les trois sorties les plus représentatives de l'univers de l'artiste (lesquelles trois sorties avaient d'ailleurs été reprises sur l'album rétrospectif Collected Works). La différence majeure avec les précédents titres se retrouvera peut-être dans la plus grande puissance développée par cet album dont la densité des sons, la compacité des rythmiques et la puissance des basses sont toutes particulières.

Enchaînant les cinq longs titres de The Dark comme autant d'actes d'une superbe tragédie, Matt Elliott nous emmène ainsi au fond du gouffre et "de son doigt savant, dessine un cauchemar multiforme et sans trêve". L'attente était justifiée. Chapeau bas.

Posté par greg

Co-fondateur du m:3. Amateur de musiques électroniques, en particulier de musiques minimalistes et abstraites. Toujours à la recherche de l'underground et opposé à l'idée même d'"industrie culturelle". Mathématicien le jour, DJ la nuit. Après avoir vécu dans la capitale des Gaules, de la France et au Québec, s'est exilé dans la Caraïbe pour cacher la fortune amassée grâce à ses recherches fondamentales et à ses concerts, il semble cependant miraculeusement absent des fichiers Offshore Leaks.
Commentaires (1) Trackbacks (0)
  1. Je reste totalement sans voix face à cette sortie magnifique. Neuf années de hiatus pour un retour en force et inattendu. Bravo ! Une atmosphère unique, une puissance inouïe et une justesse parfaite… C’est un genou au sol que je salue la performance.


Leave a comment

Aucun trackbacks pour l'instant