Magm3 guide informel de nouvelles cultures depuis le siècle dernier

New History Warfare Vol.2: Judges, de Colin Stetson

Posté le 6 mai 2011

couverture de l'albumParfois, vous mettez un album dans votre platine, lancez la lecture et en l'espace de quelques pistes vous êtes totalement transporté. En dehors de tous repères, une expérience unique et particulièrement enthousiasmante. Toute tentative de classification est vaine, il faudra le classer en "expérimental"... cela rebutera la plupart et bien tant pis pour eux ! Constellation nous offre avec New History Warfare Vol2: Judges par Colin Stetson un album de cette trempe. Grandiose et inclassable, ça faisait longtemps, ça fait un bien fou.

Colin Stetson est un joueur d'instruments à vent. Virtuose du saxophone et de la clarinette, il touche aussi au cor de chasse, à la flûte, etc. Il était jusque lors connu pour un album remarqué sur Agoo Records en 2008, New History Warfare Vol. 1, et des performances live avec, entre autres Arcade Fire, TV on the Radio, Lou Reed, Sinead O'Connor, ou encore LCD Soundsystem. New History Warfare Vol.2: Judges est son deuxième album solo et il le délivre cette fois sur l'excellent label québécois Constellation.

La technique d'enregistrement tout d'abord laisse pantois: plus de 20 micros placés dans le studio et toutes les prises effectuées en une fois. Pas de boucles ou d'overdubs ([1]) nous indiquent les pages de l'album. À l'écoute, cela semble tout à fait incroyable et rend la performance artistique sensationnelle. On ne peut que lever son chapeau à l'ingénieur du son, Efrim Menuck et tirer une révérence respectueuse pour saluer l'exercice de mixage. Lorsque les crédits nous apprennent que le mixage a été réalisé par Ben Frost, les choses commencent à s'éclaircir ! Que de grands talents réunis autour de ce disque ! Et pour quel résultat au juste ?

Et bien, 14 pistes, sombres et renversantes. L'ambiance générale est lourde et pesante, ce qui donne à l'album une atmosphère unique. Les morceaux sont servis par la technique novatrice de Colin Stetson d'une façon inattendue: trilles, arpeggio, râles déchirants, le tout alternant de façon si rapide et continue, qu'étant données les contraintes d'enregistrement, on demeure parfois incrédule. Par ailleurs il semble que le musicien utilise son instrument en le poussant au bout de son potentiel. Sur certains morceaux, une touche vocale féminine vient s'adjoindre à la performance du soliste. Elle complète élégamment l'ensemble et montre une autre vision de l'œuvre de l'artiste. Tour à tour elle assombrit encore le tableau ou bien offre une touche vintage façon chanteuse de club enfumé ambiance années '40.

Vous l'aurez compris, je vous encourage vivement à jeter une oreille à cet album, qui m'a plus que convaincu. Une excellente sortie pour Constellation qui une fois de plus nous offre un disque de toute beauté.

Une note de Tibo:

Je dois dire que quand Matteo nous ayant fait parvenir l'album, les sensations qu'il décrit en première ligne sont exactement celles qui m'ont saisi au vif. Pensant tout d'abord y jeter une oreille distraite, cet opus incroyable m'a finalement très vite fait cesser toute autre activité que l'écoute.

Comme Matteo le précise, c'est le genre d'album qu'on ne peut classer. Les expérimentations sont surtout la prise de diverses techniques généralement exploitées dans différents genres : l'utilisation de 24 micros permet au mixeur une spatialisation incroyable du son, ajoutant incontestablement une profondeur à la narration de l'album. De plus, le livret nous apprend que tous les sons percussifs sont soit du musicien lui-même, soit obtenu par augmentation de la saturation de certains micros et autres craquements ambiants.

On comprendra bien vite que l'ensemble semble emprunter à l'ambient à la façon d'un Brian Eno pour les ambiances, au jazz pour l’instrumentation et l'enregistrement (on pense notamment au Complete Bitches Brew Sessions de Miles Davis) et à l'acousmatique pour le mixage. Inclassable, incroyable, à écouter de toute urgence.

Notes:

[1] Voir la page Wikipedia française ici pour plus de détails sur la technique. Nos lecteurs anglophones préfèreront cependant aller lire la page en anglais, plus complète et plus claire à cette adresse. (retour).

Posté par matteo

Contributeur de magm3 depuis le début (ou presque), en particulier sur les aspects techniques. Je suis particulièrement intéressé par la littérature fantastique (classique et contemporaine), le cinéma d'art et d'essai, la musique électronique (balayant large du breakbeat aux productions expérimentales type Raster Noton). Actuellement ingénieur en informatique.
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant


Leave a comment

Aucun trackbacks pour l'instant