Magm3 guide informel de nouvelles cultures depuis le siècle dernier

Pinch & Shackleton

Posté le 11 février 2012

Pinch & ShackletonSignant des EPs sur différents labels depuis le milieu des années 2000, Shackleton s'était surtout fait remarquer lors de la sortie de son premier album, Three EPs sur Perlon, développant une musique à la tonalité résolument techno minimale mais aux rythmes fortement influencés par le dubstep. Pinch a quant à lui commencé à peu près en même temps avec une série d'EPs sur Planet Mu et a toujours développé un dubstep franc, aux limites du ragga dancehall. La rencontre improbable de ces deux artistes a donné lieu à ce qui, à ce jour, est la fusion la plus intéressante entre ces deux courants majeurs de l'Intelligent Dance Music au sens propre, à savoir la techno minimale et le dubstep.

Seul, Shackleton développe une musique intelligente mais d'aucuns lui reprocheront d'être souvent froide, distante et parfois même impersonnelle. Quant à Pinch, c'est tout l'inverse, son dubstep est vocal, chaleureux mais souvent tellement chargé qu'il en est à la limite de la vulgarité. Mais quand les deux se mettent ensemble pour composer, les défauts de chacun s'effacent derrière les qualités de l'autre pour le plus grand plaisir des auditeurs et des chroniqueurs qui ont déjà bien salué cette sortie en novembre 2011 sur Honest Jon's Records.

De Shackleton on retrouvera la tonalité feutrée et la composition évoluée. De Pinch, on retrouvera la chaleureuse influence orientale, les samples organiques et les rythmes syncopés. Et si au final on reconnaît plutôt la patte de Shackleton, la musique restant résolument sombre et minimale, le passage de Pinch a su apporter toute la richesse et toute l'humanité qui manquaient au premier. Ainsi Pinch & Shackleton propose ainsi ce que l'on pouvait rêver de mieux en termes de fusion du dubstep et de la techno minimale privilégiant l'intelligence à l'efficacité.

Cet excellent album montre donc une fois encore la richesse que peut apporter le décloisonnement des genres. Et à l'heure où certains "amateurs" se battent pour savoir ce qui relève du dubstep, du brostep, de l'ambient dubstep ou que sais-je encore, d'autres se contentent de créer une musique qui leur plaît, et c'est tant mieux.

Posté par greg

Co-fondateur du m:3. Amateur de musiques électroniques, en particulier de musiques minimalistes et abstraites. Toujours à la recherche de l'underground et opposé à l'idée même d'"industrie culturelle". Mathématicien le jour, DJ la nuit. Après avoir vécu dans la capitale des Gaules, de la France et au Québec, s'est exilé dans la Caraïbe pour cacher la fortune amassée grâce à ses recherches fondamentales et à ses concerts, il semble cependant miraculeusement absent des fichiers Offshore Leaks.
Commentaires (4) Trackbacks (0)
  1. Je viens juste de l’acheter en ligne sur Honest John… Dommage qu’il n’y ait pas de pré-écoutes sur leur site, mais je me fie à ton ‘feeling’.
    Malheureusement, le Three EPs n’existe pas en digital : PERLON refuse toujours de dématérialiser sa production, privilégiant les supports mécaniques traditionnels. Mais quelques écoutes sur youtube permet de s’en faire – en maigre consolation – une idée.
    Dans la série techno minimale pointue, je recommande depuis sa sortie sur M_nus l’unique album de JPLS, qui selon ma subjectivité, dépasse de très loin le Consummed de Plastikman (déclaré comme une des chef d’œuvre dugenre, désormais détroné).
    Merci pour ces chroniques…

    • Hey un revenant ! J’espère que tu ne trouveras pas que je t’ai fait gaspiller ton argent :) Le Three EPs est pas mal, mais je trouve qu’il lui manque un petit quelque chose. Avec Pinch par contre, ça marche vraiment bien. Il paraît cependant que son mix Fabric est excellent, il faudra que j’écoute ça.

      Quant à JPLS je n’ai de lui que quelques titres épars achetés sur Beatport, je vais chercher l’album.

      Et pour les chroniques, il faudrait que je reprenne un peu le rythme. Ce n’est pas la bonne musique qui manque mais ces derniers temps ont été bien occupés…

  2. Levitation est terrible!

  3. Non, je ne regrette absolument pas l’achat de Pinch&Shackelton sur Honest John. Récemment, j’ai aussi chopé le Ghost de Monolake : je le recommande par sa variété et sa recherche sonore toujours aussi pointue !
    Je viens de faire un dj mix de 2 h15 (oui : j’en ai marre de ses mixes de 50 minutes, quand on conduit sur l’autoroute, c’est trop court…), incluant un de tout ça et même du Bernard Parmegiani, qui mériterait une série de chronique pour lui tout seul, tellement son œuvre est inspirante et inspirée !
    Sans lui, pas d’Autechre et autres défricheurs electro…
    A +


Leave a comment

Aucun trackbacks pour l'instant