Magm3 guide informel de nouvelles cultures depuis le siècle dernier

Looping State of Mind

Posté le 11 mars 2012

The Field - Looping State of MindDerrière le pseudonyme de The Field se cache une unique personne, Alex Willner, qui a participé à de nombreux autres projets solo sous les noms de Cordouan, Lars Blek, Loops Of Your Heart et Porte, et en collaboration sous les noms de Cologne Tape ou Speedwax. Débutant autour des années 2000, il lance officiellement le projet The Field en 2007 avec la sortie de From Here We Go Sublime sur Kompakt. C'est sur le même label que sortira  Yesterday and Today en 2009, puis Looping State of Mind en fin d'année dernière. Un album qui mettra plusieurs mois pour parvenir jusqu'à nos platines, mais la découverte n'en sera que meilleure.

Looping State of Mind ne pourrait pas mieux porter son nom. En effet, cet album vient redorer le blason de la musique répétitive à une époque où la musique électronique semble lui préférer une composition toujours plus chargée, souvent plus élaborée, parfois plus savante mais toujours moins proche de ses origines.

Mais loin d'Alex Willsner l'idée de revenir à une techno old school façon Chain Reaction comme peuvent le faire Echospace:Detroit ou à sa manière Gas. Non, dans Looping State of Mind, il revient à la racine de la composition qu'est la boucle, mais il l'habille avec une texture dans l'air du temps, foncièrement influencée par Border Community et par une certaine tonalité pop.

Et si l'on pourrait a priori craindre le mélange des genres, le résultat est convaincant : The Field parvient parfaitement à recréer l'ambiance hypnotique des premières heures, tout en y apportant une touche plus chaleureuse, plus humaine, ouvrant ainsi les portes d'un vaste monde à explorer où la boucle hypnotique se teinte d'une once de musique organique.

Certains opposeront que Glass, Reich ou autres grands noms du Nonesuch ont depuis longtemps exploré la possibilité de la boucle en musique organique, et ils auront raison. Mais ce que The Field fait n'est pas dans ce domaine de la musique savante, ce qu'il fait est bien plus simple, plus naïf même, mais bien plus ancré dans la culture électronique. Ainsi, la tonalité organique ou pop ne s'immiscera jamais dans la composition, elle restera toujours un simple habillage d'un morceau dont les vraies racines relèvent de la musique techno.

Mais attention, si vous écoutez cet album pour le décortiquer, vous serez alors déçu par sa légèreté, il est simplement fait pour que vous vous laissiez porter. En somme, un album idéal sur les routes, les pistes de ski ou sur le bitume mais qui n'a pas forcément sa place dans un salon, à moins que la soirée ne soit déjà très avancée...

Posté par greg

Co-fondateur du m:3. Amateur de musiques électroniques, en particulier de musiques minimalistes et abstraites. Toujours à la recherche de l'underground et opposé à l'idée même d'"industrie culturelle". Mathématicien le jour, DJ la nuit. Après avoir vécu dans la capitale des Gaules, de la France et au Québec, s'est exilé dans la Caraïbe pour cacher la fortune amassée grâce à ses recherches fondamentales et à ses concerts, il semble cependant miraculeusement absent des fichiers Offshore Leaks.
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant


Leave a comment

Aucun trackbacks pour l'instant